Réalisez votre plan de taggage

Vous lancez votre site ou vous souhaitez le  refondre ? Vos KPI ne sont pas assez précis ou manque d’information ? Vous allez devoir créer ou modifier votre plan de marquage. Mais comment réaliser un plan de taggage, pour quel usage et comment éviter les écueils ? Voici ce que nous verrons dans cet article. Après l’article sur le plan de marquage, découvrez comment réaliser votre plan de taggage.

Définir les objectifs du plan de taggage:

Avant de créer votre plan de taggage, il est important de définir le ou les objectifs que vous poursuivez:

  • S’agit-il d’un lancement de site ? D’une refonte ?
  • Quels sont les objectifs du site: e-commerce, prise de contact,….
  • S’agit-il d’un plan de marquage complet ou localisé à une partie du site ?
  • ….

Pour créer un plan de taggage efficace, il est important de lister et de répondre à toutes ces questions. En effet, en fonction des réponses à ces questions, les actions à suivre évoluerons et les typologies de pages seront différentes.

 

Lister les différentes typologies de pages et d’actions à suivre:

Une fois que vous avez répondu aux différentes questions sur la génèse du projet, vous avez vos objectifs et vous pouvez ainsi attaquer le plan de marquage à proprement parlé. Afin de faciliter le travail d’implémentation des tags et pour gagner en clarté, vous ne pouvez pas lister, pour l’ensemble des pages, les actions à suivre. En effet, imaginez un site e-commerce comprenant des milliers de produits avec des actions à suivre. Il serait inutile de lister les actions pour chacune des pages. A la place, je vous propose de lister les différentes typologies de pages: il s’agit d’énumérer les différents types de pages différentes du site afin de couvrir l’ensemble des pages du site. Pour un site e-commerce, cela peut donner le listing suivant:

  • Home
  • Page catégorie
  • Page produit
  • Panier: Récapitulatif
  • Panier: Choix du mode de livraison
  • Panier: choix du mode de paiement
  • …..

Une fois que vous avez lister les différentes typologies de page, vous devez ensuite lister les évènements par typologies de pages et les regrouper par type, afin de faciliter la lecture. De fil en aiguille, vous devez obtenir un fichier croisant les évènements avec les typologies de pages et vous permettant ainsi une lecture simple et rapide de vos tags.

 

Mise en place des tags:

Une fois votre tableau de plan de marquage prêt, vous pouvez passer à la mise en place des tags. Je vous conseille de mettre en place les tags via un Tag manager tel que Google Tag Manager, Commander Act ou encore Satellite. L’utilisation d’un outil de tag management offre plusieurs avantages:

  • Facilité d’implémentation des tags (pas de nécessité de maîtrise de javascript si vous utilisez des tags présents en bibilothèues).
  • Facilité de mise à jour des tags et des pages.
  • Possibilité de tester les ags avant leurs mise en production.

Si vous optez pour l’utilisation d’un tag manager, vous devrez déterminer aussi dans quel container positionner les tags. Un container est un code implémenter dans le site et qu’il appelle les tags compris dans ce container. SI vous avez un petit site institutionnel ou un blog, un blog transverse peut suffir mais pour  un site e-commerce, vous pouvez avoir besoin d’un container pour le tunnel de commande, un pour le catalogue, etc….

Si vous souhaitez découvrir un exemple de plan de marquage, je vous conseille la lecture du blog d’Alphalyr et plus particulièrement l’exemple de plan de marquage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *